La nutrition dans la MPR
March 15, 2024

Modifier vos recettes pour les adapter à la MPR | Nutrition rénale avec Emily Campbell

Lorsque vous souffrez de la maladie polykystique rénale (MPR), la nutrition compte parmi les facteurs qui permettent de préserver votre santé et celle de vos reins. En effet, la nutrition aide à prévenir la croissance des kystes et à préserver la fonction rénale, mais elle peut aussi aider à contrôler la tension artérielle, le cholestérol et la glycémie.

Le régime alimentaire de chaque personne atteinte de MPR doit être adapté à ses besoins et à ses résultats d’analyses sanguines. Les conseils et astuces présentés dans les sections ci-dessous vous aideront à modifier vos recettes en fonction de vos besoins.

KN_Mar_4-4.pngSodium

Une consommation trop importante de sel augmente la quantité de vasopressine, une hormone sanguine qui peut entraîner une augmentation de la croissance des kystes caractéristiques de la MPR. Par ailleurs, de nombreuses personnes atteintes de MPR souffrent également d’hypertension artérielle. Un régime pauvre en sodium peut contribuer à réduire à la fois les niveaux de vasopressine et la pression artérielle.

Essayez de ne pas consommer plus de 2300 mg de sodium par jour. Cette limite comprend le sel provenant de toutes les sources alimentaires, c’est-à-dire le sel naturellement présent dans les aliments (p. ex. le pain, le lait, etc.), le sel ajouté aux aliments lors de la cuisson ou consommé à table, et les aliments emballés ou transformés (croustilles, repas de restauration rapide, etc.).

Lire les étiquettes des aliments est une bonne stratégie pour réduire votre apport en sel. Essayez de viser 5 % ou moins de la valeur quotidienne de sodium par portion. Par ailleurs, recherchez les aliments dont les allégations nutritionnelles sont « sans sel ajouté » ou « pauvre en sodium », car ces produits contiennent des quantités de sodium égales ou inférieures à 5 % de la valeur quotidienne par portion.

Une cuillère à thé de sel contient 2300 mg de sodium. Réduire la quantité de sel indiquée dans les recettes que vous préparez peut vous aider à réduire votre consommation de sel globale. Vous pouvez réduire automatiquement de 25 % la teneur en sel de n’importe quelle recette sans remarquer de changement de texture ou de saveur. Par exemple, si une recette prévoit 1 cuillère à thé de sel, vous pouvez réduire cette quantité à ¾ de cuillère à thé.

De nombreuses recettes en ligne renseignent les informations nutritionnelles par portion. Essayez de ne pas consommer plus de 500 mg de sodium par portion.

Vous pouvez ajuster la quantité de sel dans vos plats, lire les étiquettes des aliments afin d’opter pour des produits à faible teneur en sodium, et rehausser les saveurs de vos plats avec d’autres éléments que le sel, par exemple au moyen d’herbes, d’épices, d’agrumes ou de vinaigrettes.

KN_Mar_5-5.pngFibres

Les fibres se trouvent dans les légumes, les fruits, les protéines d’origine végétale et les céréales complètes, sous forme de glucides. Les fibres aident à contrôler la glycémie, le cholestérol et les fonctions intestinales dans le cas de la MPR. Les aliments riches en fibre sont également susceptibles de réduire les inflammations et de préserver la fonction rénale.

L’un des ypes de fibres les plus courants dans notre alimentation est composé de glucides, que l’on retrouve par exemple dans les céréales complètes. Le corps préfère utiliser les glucides comme source d’énergie, et le type de glucide et la taille de la portion sont des facteurs importants, d’autant plus lorsqu’on souffrte de MPR. Selon les recommandations actuelles, il faut consommer des glucides peu transformés, notamment des céréales complètes comme l’orge, le boulgour, et les flocons d’avoine plutôt que des glucides transformés comme le pain blanc et les produits de boulangerie-pâtisserie.

Commencez par lire les étiquettes des aliments et cherchez la mention « céréales complètes » dans la liste des ingrédients. Essayez de faire en sorte qu’au moins la moitié de vos céréales soient des céréales complètes chaque jour. Lorsque vous cuisinez, essayez d’utiliser des céréales complètes comme l’orge, le boulgour, le riz complet, le millet, les flocons d’avoine ou le quinoa. Ces céréales complètes comportent plus de fibres et de vitamines que les glucides raffinés.

Les fruits et légumes sont une autre source de fibres. Essayez d’incorporer à vos recettes une variété de fruits et légumes de toutes les couleurs (rouge, vert, orange, jaune, violet, bleu et blanc). Chaque couleur de fruit ou de légume contient des vitamines et des minéraux différents. N’oubliez pas de manger chaque jour un arc-en-ciel de couleurs. Lorsque vous préparez des recettes, essayez de faire en sorte que la moitié de votre repas soit composée de fruits et de légumes. Ainsi, votre régime sera enrichi de sources de fibres supplémentaires.

KN_Mar_2-2.pngProtéines

L’ajustement des portions d’une recette peut contribuer à modifier la quantité de protéines. Les protéines sont importantes pour notre organisme, car elles contribuent à la croissance musculaire et à la lutte contre les infections. Toutefois, un excès de protéines peut entraîner une progression de la MPR. Pour les personnes atteintes de MPR, la règle générale à retenir en matière de protéine est de limiter les protéines animales à un seul repas par jour, et de ne pas dépasser 3 oz (21 g) de protéines, soit la taille d’un jeu de cartes.

Voici quelques stratégies pour contrôler la quantité de protéines dans vos recettes :

  • Lorsque vous lisez les recettes, prêtez attention aux grammes de protéine par portion. Vous pouvez augmenter ou diminuer le nombre de portions par recette en fonction de vos besoins en protéines.
  • Une autre solution consiste à adapter la quantité de protéines avec laquelle vous cuisinez, mais conserver les mêmes portions. Par exemple, si la recette comporte 50 g de protéine par portion, vous pouvez réduire de moitié la quantité en protéine.
  • Remplacez la moitié de la portion en viande par des protéines d’origine végétale. Les haricots ou les légumineuses sont une excellente alternative aux viandes hachées dans les plats. Ces aliments contribuent à réduire la portion de protéines animales et la charge acide sur les reins.

Si vous avez des questions sur le nombre de grammes de protéines dont vous avez besoin par jour, un·e diététiste spécialisé·e dans la fonction rénale peut vous aider à calculer vos besoins en protéines. Demandez à votre équipe de soins de santé de vous référer à un·e diététiste.

KN_Mar_1-1.pngSucre

Le sucre donne de l’énergie puisqu’il contient des calories. Les aliments contenant du sucre naturel, comme les fruits, les légumes et les produits laitiers, comportent également d’autres nutriments comme des fibres, des vitamines et des minéraux dont nous avons besoin dans notre alimentation, tandis que ceux contenant des sucres libres ou ajoutés, comme le sucre blanc, la cassonade, le miel, le sirop d’érable, entre autres, ne possèdent pas de valeur nutritionnelle supplémentaire.

L’organisme utilise les sucres naturels et ajoutés de la même manière, et un excès de sucres libres et ajoutés peut entraîner la prolifération et la croissance des kystes chez les personnes atteintes de MPR ainsi que des difficultés à contrôler la glycémie chez les personnes atteintes de diabète, de goutte et d’hypercholestérolémie.

Voici quelques stratégies en vue de modifier la quantité de sucre dans vos recettes :

  • Lisez les étiquettes des aliments et veillez à ce que la teneur en sucre soit inférieure ou égale à 5 % de la valeur quotidienne.
  • Cherchez des aliments qui indiquent sur l’étiquette qu’ils contiennent au moins 4 g de fibre par portion.
  • Soyez attentif·ve·s aux allégations nutritionnelles du type « sans sucre ajouté » ou « non sucré ».
  • Lorsque vous préparez des produits de boulangerie, réduisez le sucre de ¼ ou remplacez la moitié du sucre par des fruits en purée, comme de la compote de pommes non sucrée.

KN_Mar_3-3.pngCuisiner en étant atteint·e de MPR

Cuisiner à la maison et préparer soi-même des repas est une étape essentielle pour améliorer votre nutrition dans le cadre de la MPR. Se servir de recettes disponibles en ligne qui affichent les informations nutritionnelles vous permettra d’adapter les recettes à vos besoins en matière de MPR.

Il est désormais plus facile de trouver des recettes adaptées à la MPR. Ce mois-ci, le livre de recettes Pour l’amour de vos reins! est disponible auprès de la Fondation canadienne de la MPR. Il contient des ressources et des recettes sélectionnées par des diététistes afin de vous aider à garder votre MPR sous contrôle. Vous pouvez télécharger ici une copie numérique gratuite de ce livret de 16 pages depuis le site Web de la Fondation canadienne de la MPR.

De plus, joignez-vous à moi et à la Fondation canadienne de la MPR le mercredi 20 mars à 19 h (HNE) en direct pour une démonstration de cuisine interactive et pour obtenir des renseignements sur la nutrition dans le cadre de la MPR.

Regardez la vidéo de cet événement maintenant !

Article rédigé par : Emily Campbell est diététiste autorisée et éducatrice agréée en diabète. Elle est titulaire d’une maîtrise en aliments et nutrition. Emily est spécialisée en nutrition pour la fonction rénale et aide les personnes atteintes de maladies rénales à comprendre les rouages de la nutrition afin de les aider à prendre soin de leur santé. Retrouvez-la sur kidneynutrition.ca.