La nutrition dans la MPR
May 17, 2023

Hypertension et MPR | Nutrition rénale avec Emily Campbell

Lorsqu’on est atteint·e d’une maladie rénale, il est aussi fréquent de faire de l’hypertension (aussi appelée hypertension artérielle). Chez les personnes atteintes de la maladie polykystique rénale (MPR), l’hypertension artérielle et ses complications apparaissent à un âge plus précoce et à un niveau de fonction rénale plus élevé que chez les personnes atteintes d’une maladie rénale chronique.

La pression artérielle (ou tension artérielle) est la mesure de la force exercée sur les parois des artères par le sang pompé à partir du cœur. Il y a hypertension artérielle lorsque la pression exercée sur les vaisseaux sanguins est trop forte. Au fil du temps, cette pression supplémentaire peut provoquer un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Le mois de mai est dédié à l’hypertension. C’est donc une excellente occasion de discuter du lien entre la pression artérielle et la MPR ainsi que de certaines stratégies qui contribuent à faire baisser cette pression. Alors, entrons dans le vif du sujet sans plus attendre.

 

Objectif : faire baisser la pression artérielle

Si la pression artérielle est plus élevée chez les personnes touchées par la MPR, c’est en raison de l’activité accrue du système rénine-angiotensine, un système hormonal qui régule la pression artérielle, l’équilibre hydrique et électrolytique, ainsi que la formation et l’expansion des kystes. La nutrition, les changements apportés à notre style de vie et la prise de médicaments sont trois éléments qui peuvent contribuer à maintenir la pression artérielle sous contrôle.

Par « contrôler la pression artérielle », on entend maintenir cette pression à un maximum de 130/80 mmHg. Cela dit, cette valeur peut varier en fonction des personnes; il est donc important de discuter avec votre équipe de soins de santé pour obtenir des recommandations personnalisées. Par ailleurs, gérer votre hypertension artérielle peut nécessiter de combiner un certain régime alimentaire avec la prise de médicaments. Voici quelques stratégies que vous pouvez intégrer à votre mode de vie pour contribuer à contrôler votre pression artérielle.

 

Sodium

Pour les personnes souffrant d’une maladie rénale, il est souvent recommandé de suivre un régime pauvre en sodium ou en sel. Ce n’est pas un secret, la plupart des Canadien·ne·s consomment plus de sel que ce dont nous avons vraiment besoin. Dans les faits, au Canada, une personne lambda consomme en moyenne environ 3 500 mg de sel par jour. Chez les personnes atteintes de MPR, un apport plus élevé en sodium est associé à une plus forte osmolalité urinaire et à une libération accrue de vasopressine, l’hormone qui provoque la croissance des kystes. Dans ce cadre, il ne s’agit pas d’adopter un régime sans sel, mais plutôt un régime pauvre en sodium, en ciblant un apport maximal de 2 300 mg de sodium par jour (voire moins en fonction des recommandations de votre équipe soignante) de façon à contrôler votre pression artérielle. Pour commencer, lisez les étiquettes des aliments afin de pouvoir opter pour les produits à faible teneur en sodium, utilisez moins de sel quand vous cuisinez et mangez plus souvent chez vous pour réduire votre apport en sodium.

 

Fruits et légumes

Augmenter la quantité de fruits et légumes que vous consommez peut aussi vous aider à gérer votre pression artérielle.  C’est l’un des aspects les plus importants du régime DASH (de l’anglais « Dietary Approaches to Stop Hypertension », qui signifie « approches nutritionnelles pour réduire l’hypertension »). En essayant de faire en sorte que la moitié de votre assiette se compose de légumes aux repas et en consommant des fruits en guise de collation, vous pouvez tirer parti d’importants nutriments issus de ces aliments, comme le potassium et le magnésium, pour contribuer à faire baisser votre tension artérielle. De plus, comme les fruits et légumes, quels qu’ils soient, sont souvent moins transformés, cela signifie qu’ils contiennent naturellement moins de sodium. Que vous optiez pour des fruits et légumes frais ou surgelés, ils seront bénéfiques à votre alimentation. Si vous suivez un régime pauvre en potassium, il peut être utile de discuter avec un·e diététiste spécialisé·e dans la fonction rénale pour vous aider à articuler vos besoins nutritionnels et en potassium.

 

Recette

Certes, il peut sembler plus facile d’acheter un plat tout prêt pour le dîner et de le manger sur le pouce. Mais, bien souvent, ces plats sont plus riches en sel et ne contiennent pas assez de légumes. À force, cela peut conduire à une augmentation de votre pression artérielle. La recette qui suit, un bol-repas méditerranéen aux pois chiches et au couscous, regorge de légumes et a une faible teneur en sel. Elle est parfaite pour dîner sur le pouce et vous tiendra à l’estomac. Le meilleur dans tout ça? Vous pouvez cuisiner vos bols à l’avance pour vous épargner du stress en cours de semaine.

 

Ingrédients

1 tasse de couscous, sèche

2 tasses de bouillon de légumes à faible teneur en sodium

2 tasses de concombre, haché

1 tasse de tomates raisins, hachées

½ tasse d’oignon rouge, haché

1 tasse de poivron orange, haché

2 tasses de roquette

2 tasses de pois chiches en conserve sans sel ajouté, égouttés et rincés

 

Vinaigrette

1/3 tasse d’huile d’olive

2 c. à table de jus de citron

1/2 tasse de vinaigre de vin rouge

1 c. à table de moutarde de Dijon

2 c. à table d’origan

2 c. à thé de poivre noir

 

Instructions

  1. Dans une petite casserole, faire cuire le couscous avec le bouillon de légumes comme indiqué sur l’emballage. Une fois la semoule cuite, réserver et laisser refroidir.
  2. Pendant que le couscous refroidit, laver et hacher les légumes, puis réserver.
  3. Dans un petit bol, mélanger les ingrédients de la vinaigrette. Répartir dans 4 petits contenants à repas.
  4. Dans une passoire, égoutter et rincer les pois chiches.
  5. Répartir le couscous de façon équitable dans 4 contenants à repas de taille moyenne. Ensuite, répartir les légumes hachés et les pois chiches dans les contenants.
  6. Au moment de la dégustation, ajouter la vinaigrette au bol-repas et bien mélanger.

Pour 4 portions. Par portion :  500 calories, 54 g de glucides nets, 21 g de lipides, 14 g de protéines, 620 mg de potassium, 179 mg de sodium, 205 mg de phosphore.

Le saviez-vous? La roquette est un excellent légume vert feuillu à faible teneur en oxalates. Le couscous est une source de glucides à indice glycémique moyen dont la consommation est également recommandée pour les personnes souffrant de calculs rénaux. Les pois chiches sont une protéine végétale idéale pour les personnes atteintes de MPR.

 

Activité physique

Pratiquer une activité physique en plus de vos activités quotidiennes peut contribuer à faire baisser votre pression artérielle. Dans cette optique, essayez de cumuler entre 30 et 60 minutes d’activité physique modérée comme la marche, le vélo ou la natation sur quatre à sept jours par semaine. Dans la mesure où les exercices physiques plus intenses ne contribuent pas plus efficacement à faire baisser la pression artérielle, visez une intensité modérée. Consultez votre équipe soignante avant de vous mettre à toute nouvelle activité ou routine d’exercice.

 

Autres stratégies relatives au mode de vie

Bien sûr, il existe d’autres stratégies liées au mode de vie qui ont elles aussi leur importance dans le contrôle de la pression artérielle. Parmi celles-ci, on retrouve le fait de réduire sa consommation d’alcool, de gérer son stress et d’arrêter de fumer.

 

Vous essayez de réduire votre pression artérielle?

Lorsqu’on est atteint·e de MPR, apporter des changements durables à son alimentation est important pour garantir que les efforts porteront leurs fruits sur le long terme. Commencez par apporter de petits changements à vos habitudes (par exemple, lire les étiquettes des aliments ou les informations nutritionnelles si vous sortez manger pour déterminer la teneur en sodium des aliments). Autre option : vous concentrer sur votre assiette et chercher à consommer beaucoup de légumes à chaque repas. Ces changements mineurs, mais constants peuvent contribuer à améliorer votre pression artérielle au fil du temps. Si vous décidez d’apporter des changements à votre alimentation, discutez avec votre équipe soignante pour déterminer la pression artérielle et la quantité de sodium alimentaire que vous devez viser.

Article rédigé par : Emily Campbell est diététiste autorisée et éducatrice agréée en diabète. Elle est titulaire d’une maîtrise en aliments et nutrition. Emily est spécialisée en nutrition pour la fonction rénale et aide les personnes atteintes de maladies rénales à comprendre les rouages de la nutrition afin de les aider à prendre soin de leur santé. Retrouvez-la sur kidneynutrition.ca.